samedi 14 février 2009

Une nuit victorieuse

Plantons le décor.

   Une nuit claire, sur la fin. Une belle journée s'annonce. C'est un temps de la journée où le perceptions ne sont plus tout à fait les mêmes. C'est un vendredi soir. Ou un samedi matin, c'est selon. Ce qui s'est passé avant n'a aucune importance. Il n'en reste pas moins que pour diverses raisons, mon pas est loin d'être aussi sécure que d'habitude, la distance parcourue augmentant en conséquence.

   Des mélodies indo-électroniques me parcourent le cerveau cependant que la ville s'éveille. Un sentiment m'envahit, celui d'atteindre une sorte de plénitude, de toute puissance. La ville m'appartient, et je la traverse malgré tout à une vitesse étonnante. Me voici rendu du côté de la gare. Cela doit faire quinze minutes que je déambule, je n'ai encore croisé personne de plus vivant que les halos de lumière des réverbères lillois.J'aperçois un petit groupe de voyageurs, droit devant moi, à une vingtaine de mètres, en train de remonter le boulevard. Il s'averera s'agir d'un couple, s'exilant des brumes nordistes pour quelqu'improbable fête à Paris ou ailleurs. Une fois de plus, les perceptions sont trompeuses. Je continue ma route.

   Un peu plus loin, ce sont les habituels "locataires" de la gare, s'abritant sous les porches les moins exposés au vent et les moins sales, qui tentent de tuer le temps en attendant le jour et son lot d'éxilés matinaux. L'un d'entre eux m'interpelle en balbutiant, et me demande si je peux lui rouler une cigarette. Alors que je m'execute en souriant, lui m'explique être en plein bad. Il doit ce samedi descendre dans le sud pour voir son fils. Des larmes coulent sur son visage et vont se noyer dans la flasque de gin aux trois-quarts vide qu'il tient dans sa main gauche. Je tente vainement de le réconforter, par le biais des seules paroles sympathiques auxquelles mon esprit embrumé d'alcool me laisse acceder. "Bonne chance à toi". Je reprend ma route.

   Me voila maintenant dans la grande artère commerçante, reliant la gare à la grand-place. Les rues aux alentours sont remplies d'hôtels paraissant encore plus louches dans l'obscuritéqu'en plein jour. Dans le vide sidéral de cette fin de nuit, deux ombres se faufilent vers l'accueil de l'un d'entre eux. Ce sont deux femmes africaines. Elles ne semblent pas parler le français, ce qui ne semble pas déranger le veilleur qui leur indique un numéro de chambre. Elles disparaissent dans un couloir menant à l'escalier. Une ribambelle de questions assaillent ma conscience, ou ce qu'il en reste. Je ne rouvre les yeux que pour réaliser que je marche enfin droit, et que je suis bientôt arrivé à destination, chez moi.

   Avant d'être au lit et de rejoindre ma moitié, je croise successivement : trois couples enlacés et immobiles, une jeune femme accroupie en train de vomir dans le caniveau, une bande d'étudiants en commerce défoncés et bramant sur le trottoir comme des militaires en permission, et deux punks accompagnés de leurs chiens, affalés sur un banc et semblant attendre l'ouverture du supermarché tout proche.

   J'aurais pu aussi vous parler des travaux suspendus, des taxis endormis, des lumières étranges et bleutées des buildings, de l'autoroute déserte, des grues illuminées surplombant la ville, avec la fierté de géants d'acier. Et je le fais, rapidement. Parce que cette vie synthétique semble presqu'aussi réelle que son homologue organique, pour un moment destituée de sa conscience.

Posté par Cable Hogue à 19:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Une nuit victorieuse

    Quel humour, quelle finesse d'esprit. Quel talent ! lol

    Posté par quelqu'un, dimanche 15 février 2009 à 11:55 | | Répondre
  • Que c'est beau et bien écrit!!!On savait déjà que tu avais le verbe "b'haut" mais la plume ....on découvre!! Dire qu'on aurait pu loupé ça si la talentueuse tricoteuse ne nous avait pas donné son adresse mail!!! ( petit cachotier!!! )

    ps: heureusement que tu as des amis qui t'invitent à l'autre bout de la ville......sans eux tu la trouverais où ton inspiration ???lol

    Posté par ganesha79, dimanche 3 mai 2009 à 19:01 | | Répondre
Nouveau commentaire