jeudi 9 avril 2009

Herman Düne : le meilleur de la folk franco-suedoise

    La seconde Musichronique sera dédiée à un (autre) groupe qui me triture le neurone musical qu'il me reste, j'ai cité la famille Herman Düne. Famille, car il s'agit d'un combo en grande partie familial. David Ivar Herman Düne au chant et à la gratte, son frère André à la gratte solo, la cousine Lisa-Lund à la basse et aux choeurs, le cousin Nemant aux percussions. Ce groupe protéiforme arpente la scène indie-antifolk depuis une petite dizaine d'années, enchaînant les scènes "respect" (Festival des inrocks, BBC sessions chez feu-John Peel) et performances underground dans divers squats et lieux culturels alternatifs.
    N'allez pas chercher chez eux de performance technique. Leurs albums studios semblent avoir été enregistrés dans une cuisine mal insonorisée, leur son évoque des instruments achetés en solde chez Cash Converters. Ne construisez pas votre vie autour de leurs textes, tout droits tirés des plus mièvres morceaux flower-power. Quel interêt alors, me demanderont les plus sagaces d'entre vous ? Ma réponse sera très claire : j'en sais rien. Mais si vous laissez vos tripes écouter des perles comme "Your Name My Game", si vous arrivez à imaginer ce grand brun déguingondé à la voix chevrotante se trémousser en pilonnant son ukulélé, sans revendiquer quoi que ce soit sauf le plaisir de jouer une musique trouée, bancale, au mieux minimaliste, alors là vous aurez une chance de prendre votre pied.
     Herman Düne fait partie de ces groupes qui se font un plaisir de prendre le contrepied absolu du Mainstream ambiant : zero attitude, zero technicité, zero charisme (selon les normes en vigueur), apparitions sévèrement triées et mesurées, bref tout ce qu'il faut pour construire un mythe.
     Maintenant à vous de juger. Voici un petit "take away show", un concert à emporter, dans lequel David Ivar et Neman interpretent deux des plus grands "tubes" de leur répertoire,"1,2,3 Apple Tree" et " "I wish that I could see you soon", dans un lav'O'matic parisien. David arbore un splendide costume de nounours et joue sur une gratte pourrave. Neman, en guise de batterie, utilise un Playskool de contrebande pouvant produire 4 sons improbables et s'apparentant vaguement à ceux d'une batterie.
   "1,2,3 Apple Tree" et  "I wish that I could see you soon", album Giant (2004)

Posté par Cable Hogue à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Herman Düne : le meilleur de la folk franco-suedoise

Nouveau commentaire